Paris 8 autrement  
Prises de position
+ Textes du collectif
+ Etats généraux
+ Textes individuels
+ Questions antérieures
Textes divers
 -  CR Conseils
+ CR Réunions
Calendrier

Visites

 190490 visiteurs

 1 visiteur en ligne

CR CA 240306

Conseil d'administration du 24 mars 2006



À 9 heures, le Conseil restreint examine deux renouvellement de postes de PAST ; celui pour l'IUT de Tremblay est accepté, l'autre dossier présente quelques lacunes et est ajourné.

À 9 heures 30, le conseil au complet commence. Pierre Lunel demande un bilan : les forums n'ont pas eu un succès fou, mais les tensions perceptibles la semaine passée se sont apaisées ; quelques formations ont poursuivi les cours, une motion minoritaire du département d'histoire s'est élevée contre la suspension des cours. E. De Penguilly souligne que le retrait, souhaitable, du CPE ne résoudra pas le problème de la précarité des jeunes.

Sur les modalités de validation du semestre : accord général pour laisser les UFRs organiser les choses dans le respect des particularités de chacun ; de toute façon l'avenir à court terme du mouvement de protestation est encore ouvert ; l'ouverture de l'université pendant une partie des vacances de printemps pose des problèmes de logistique qui seront résolu autant que faire se peut.
Après plusieurs aller et retours, P. Bayard, S. Ionescu et G. Bernard rédigent une motion qui est adoptée à l'unanimité. (voir le RDD).

Les comptes rendus des CA du 24 février et du 17 mars sont approuvés.

-- Le FDSIE --
Sur les dossiers FDSIE, l'Agent Comptable demande que les statuts des associations soit examinés et s'étonne que certaines associations représntées dans la commission déposent des dossiers. François Castaing souligne le contraste entre la densité des associations dans l'université (faible) et celle dans le FSDIE (forte). Mireille Blanc demande quel est l'avis sur la question de la chargée de mission aux associations. B. Betant propose que le responsable de la commission FDSIE vienne éclairer les administrateurs lors du prochain conseil. En définitive, le conseil examine une par une les propositions de la commission ; elles sont toutes retenues, avec des abstentions sur certains dossiers.

-- Le point sur les postes enseignants et Iatos --
Nelly Levy, responsable du service du personnel enseignant, présente un tableau, global sur toute l'université, qui fait le bilan des supports budgétaires et des enseignants pour toute l'université ; pour le personnel administratif, la nouvelle responsable du service nous informe que le tableau est encore en cours de réalisation. Le conseil, qui souhaitait utiliser ces informations pour se pencher sur les moyens des nouvelles UFRs, ne peut pas aller de l'avant. On nous fournira les chiffres par UFRs pour le prochain conseil.
Le nombre d'enseignants en activité est difficile à interpréter : environ 470 MCF, 200 PR, 65 PRAG et PRCE, 105 Ater (sur 32 postes d'ATER ; quels postes sont utilisés comme support pour les 72 autres?), 71 allocataires de recherche dont 66 moniteurs, 40 professeurs invités, 14½ PAST et quelques autres pour un grand total de 1073½ enseignants en activité.

-- Le contrat de plan Etat-Région --
Alain Sinou et Marie Claude Berthommé présentent le nouveau contrat de plan état-région, qui est en train de se mettre en place. En urgence, ils ont défini les priorités : un batiment enseignement-recherche, une halle des sports et un batiment pour la formation permanente sur la zone des Tartres, une extension de l'IUT de Montreuil. Il ne s'agit pour le moment que de déclarations d'intention, qui vont donner lieu à navettes et négociations ; le foncier n'est pas financé par le contrat, il va donc falloir convaincre Plaine-Commune de l'intérêt des projets dans la zone des Tartres (il y a accord avec la mairie de Montreuil pour l'IUT). Nous manifestons notre mécontentement contre l'urgence dans laquelle ceci se noue, qui interdit de prendre le temps d'une réflexion de fond. E. De Penguilly souligne que Plaine-Commune souhaitera que les activités soient liées au bassin d'emploi ; la VAE est une direction à approfondir, ainsi que le pôle de compétence CAP-Digital (absent pour le moment).

-- Les conventions --
La convention avec l'AFEV avait été ajournée pour éclaircissements au dernier CA ; une responsable de l'AFEV vient expliquer le rôle de l'association : coordonner des actions bénévoles de suivi scolaire et d'atelier santé dans la ville ; les reserves du dernier CA portaient sur la nature des modules mentionnés dans l'article 2 ; la note de la chargée de mission aux associations et l'avis du CEVU demandés sont toujours manquants ; B. Betant propose que la convention soit adoptée, sous reserve de l'ajout de ces deux éléments ; F. Castaing souligne que nous prenons de mauvaises habitudes en adoptant des conventions avec des réserves. 12 abstentions, 5 pour.
Maryl Azzoug vient apporter des précisions sur la convention avec l'APEC qui avait été ajournée au dernier CA : les formations organisées par l'APEC s'adressent aux formateurs de l'université, elles ne rentrent pas directement dans les enseignements des étudiants. Adoptée avec une abstention.

La convention avec l'association « Amicale de Paris 8 » visant à installer des cabines téléphoniques et une imprimante est refusée.

La convention avec Paris 13 organisant les enseignement du domaine communication est adoptée à l'unanimité.

Les autres conventions portent sur des recherches ou de l'enseignement et sont adoptées à l'unanimité, sauf celle de 235 000 euros environ avec Agefa-PME pour le développement de modules d'enseignements qui n'est adoptée qu'avec trois abstentions.

Mireille Blanc s'étonne que nous ne voyons pas les conventions avec les libraires de l'université.

-- La scolarité--
Evelyne Thomas, responsable de la scolarité, vient présenter les modifications dans la scolarité. Nous n'avons pas à nous prononcer sur le calendrier, sur lequel le CEVU travaille.

Pour les capacités d'accueil, il y a des contrastes qui frappent entre les capacités d'accueil et le nombre de premières inscriptions de l'an passé. Le conseil refuse l'augmentation des capacités d'accueil proposées par les premiers cycles de Russe, d'Hébreu et de Philosophie.

Les règles de scolarité ont été étudiées de façon approfondies au CEVU. Un débat assez vif s'engage sur le sujet. Il porte sur les points sur lesquels nous devons nous prononcer : certains pensent que nous ne pouvons voter que sur les points qui ont été modifiés par le CEVU, d'autres sur tous les points ; sur leur pertinence : s'agit-il d'un aspect administratif ou pédagogique ? sont-elles nécessaires pour éviter le laxisme, pour garantir une certaine égalité de traitement, pour éviter les contentieux ? sur les règles elles-mêmes : de nombreux étudiants faisaient un Deug en cinq ans, il auront maintenant 6 ans pour faire une licence ; pourquoi interdire les doubles inscriptions en licence ? sur le rôle des instances : le CA peut-il décemment revenir sur un travail approfondi du CEVU ?

Les règles finissent par être adoptées. Un groupe de travail a été mis en place par le CEVU pour traiter certains points qui restent de coté ; le CA demande que certains de ses membres y participent.


-- La sécurité--
Françoise Crémoux revient sur certains problèmes dans les travaux suite aux dégradations du batiment B. Bernard Betant renvoit au secrétaire général. On souligne de nouveau l'importance de conserver l'ouverture du « bocal » pour les étudiants d'informatique, malgré les problèmes de logistique.

-- La formation permanente--
J. F. Degrémont souhaite que la formation permanente obtienne la demande de création de trois emplois gagés (deux B, un A) pour stabiliser certains des 19 contractuels qu'elle emploie, et d'un emploi non gagé pour la VAE qui est structurellement déficitaire (4000 dossiers par an ; 900 euros par dossier, mais 95% d'évaporation). Le CA vote un accord de principe.
Il annonce aussi que, vu le besoin de locaux, il demandera environ la moitié des surfaces libérées par le déménagement du restaurant universitaire.

-- Les états généraux--
La discussion s'engage autour du texte de Pierre Bayard ; l'accord est unanime sur la nécessité d'engager des réflexions de fond, en prenant le temps nécessaire. Une question est l'interaction avec l'élection du prochain président de l'université en décembre prochain. Le CA vote, à l'unanimité, la mise en place d'un groupe d'une dizaine de personnes visant à l'organisation des états généraux vers le début de l'année 2007.

-- L'IFU--
Le groupe de travail destiné à examiner les implications du rattachement éventuel de l'IFU à l'université de Marne la Vallée n'a pas pu se réunir, puisque le CEVU n'a pas encore désigné ses deux représntants (le CS l'a fait).


-- Le CROUS--
À la demande d'un élu étudiant (UNEF/UEAF), le CA adopte une motion s'inquiétant des conditions dans lesquelles se sont déroulées les dernières élections.



Date de création : 27/03/2006 @ 19:15
Dernière modification : 03/04/2006 @ 10:28
Catégorie : CR Conseils
Page lue 4237 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Lettre d'information
Pour soutenir notre liste et recevoir nos informations, inscrivez-vous.
S'abonner
Se désabonner
379 Abonnés
Recherche




Webmaster - Infos
Ecrire à Paris8 autrement  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile
^ Haut ^

  Site créé avec GuppY v4.5.8 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL

Document généré en 0.06 seconde